redimensionner en plus du texte redimensionner le texte minus

Pourquoi votre bébé est-il en néonatologie?


Bien que la séparation entre vous et votre bébé soit très difficile, elle est nécessaire pour le bien de votre nourrisson prématuré. Pour survivre hors de votre ventre, il lui est indispensable de bénéficier d’une assistance médicale.



Ses organes sont encore immatures…

L’immaturité des organes d’un bébé né avant terme est l’une des conséquences de la prématurité, et dépend de son niveau de prématurité. Par exemple, les organes d’un grand prématuré, c’est-à-dire un enfant né entre la 28ème et la 32ème semaine d’aménorrhée, sont plus immatures que ceux d’un enfant de prématurité moyenne, né entre la 33ème et la 37ème semaine d’aménorrhée.

Voici quelques exemples d’organes qui peuvent être immatures en cas de naissance prématurée :

- Les poumons ne fabriquent peut-être pas encore (ou de façon insuffisante) de « surfactant ». Or, cette substance, qui recouvre habituellement les alvéoles (de petites cavités à l’extrémité des bronchioles et des bronches), favorise les échanges d’oxygène et de gaz carbonique en évitant que les alvéoles se referment totalement après chaque expiration, c’est-à-dire lorsque l’air sort des poumons. L’absence ou l’insuffisance de cette substance peut entraîner des difficultés respiratoires (1,2).

- Le cerveau n’envoie pas encore les bons messages aux autres organes
ce qui peut parfois entrainer l’arrêt (momentané) de la respiration de votre bébé. Ces « pauses respiratoires » ou « apnées » sont très fréquentes chez les nourrissons prématurés. Grâce aux outils de surveillance, le personnel est alerté immédiatement. (2,3)

- Le foie n’élimine pas encore la bilirubine
, une substance pigmentée produite par le foie. Cela explique l’ictère (aussi appelé « jaunisse » en raison de la coloration jaune de la peau et du blanc de l’œil), qui touche la majorité des bébés nés prématurément, mais aussi certains bébés nés à terme (4,5) !

- Le tube digestif n’est pas prêt à fonctionner normalement
, c’est-à-dire que votre bébé ne peut pas encore téter, déglutir et digérer le lait. C’est pourquoi, il est nourri à l’aide d’une sonde digestive ou une perfusion intraveineuse (6).

- Les os peuvent manquer de résistance
car la fixation du calcium est insuffisante (7,8).

- Enfin, votre bébé peut présenter des carences
en glucose, en calcium, en sodium, ou en fer… Tous ces éléments lui seront apportés par voie intraveineuse (7,8) dans le service de néonatologie.

Son système immunitaire n’est pas encore prêt… (6,9)

Ses défenses immunitaires sont en effet moins développées que celles d’un enfant né à terme car le transfert d’anticorps entre vous  et votre enfant a été interrompu trop tôt (pendant la grossesse, c’est la maman qui fabrique les anticorps nécessaires au nouveau-né). Or, les anticorps jouent un rôle important pour lutter contre les infections. Ainsi, si votre bébé est né trop tôt, il est moins bien protégé et moins résistant qu’un enfant né à terme. Mais fort heureusement, quelques gestes très simples permettront de prévenir les infections : lavages des mains fréquents, désinfectants pour ne pas le contaminer avec les germes venus de l’extérieur…

Exemple d’infection : la bronchiolite hivernale
La bronchiolite hivernale est la plupart du temps légère, mais attention lorsque bébé est petit (moins de 3 mois, prématurés…) (9)
La bronchiolite est une infection virale très courante (elle touche 30 % des nourrissons chaque hiver), le plus souvent causée par le Virus Respiratoire Syncytial humain (VRS). Si les premiers symptômes sont ceux d’un rhume avec une toux sèche, l'infection peut ensuite évoluer vers une bronchiolite (respiration rapide et bruyante, essoufflement, difficultés à s’alimenter et sommeil agité) qui dure environ une semaine, même si la toux persiste en général plus longtemps.

Si votre enfant est né prématurément, il est plus sensible au virus à l’origine de la bronchiolite car ni son système de défenses naturelles (aussi appelé, système immunitaire), ni ses petits poumons ne sont arrivés à maturité, ceci pouvant entraîner des formes plus sévères et/ou des réhospitalisations.

Pour limiter le risque d’infections extérieures, vous pouvez adopter des gestes de prévention simples (lavage des mains, aération des pièces, port de masque en cas d’infection d’un proche…). Pour les enfants les plus fragiles, il existe des mesures de prévention spécifiques : demandez conseil à votre médecin néonatologiste. 

En savoir plus sur les gestes de prévention

En savoir plus sur le virus respiratoire syncytial : http://www.bronchiolite-vrs.org/



1. Voyer M, Magny JR. Prématurité : le préterme. Editions scientifiques et médicales Elsevier, 1998.
2. Castaigne V, Picone O, Frydman R. Accouchement du prématuré, EMC-Gynécologie Obstétrique 2. 2005 ; 354-363.
3. Gold F.  Soins intensifs et réanimation du nouveau-né. Masson. 2006.
4. Mercanti I, et al. Estimation de la bilirubinémie par méthode transcutanée chez le nouveau-né prématuré. Archives de pédiatrie ; 2007 ; 14:875-880.
5. Grassier J, De Saint-Sauveur C, Chevalier B, Guises E. Le guide de la puéricultrice. Masson, 3ème édition, 2007.
6. Laugier J, Rozé JC, Siméoni U, Saliba E, Soins aux nouveau-nés avant, pendant et après la naissance. Masson 2ème édition, 2006.
7. Amri F, Fatnassi R, Negra S, Khammari S. Prise en charge du nouveau-né prématuré. Journal de pédiatrie et de puériculture ; 2008;21:227-231.
8. Dalla Piazza S, Lamotte PJ, Naître trop tôt : La prématurité expliquée aux parents et futurs parents, Parentalité, De Boeck, 2009.
9. ANAES, Prise en charge de la bronchiolite du nourrisson, Recommandations. Septembre 2000.



List link documents

Paroles de parents

« Ne perdez pas espoir car ces enfants sont courageux et ils vous surprendront. »

Paroles d’experts

« La présence des parents stabilise les nouveau-nés quand ils sont en période critique. »


Outils pratiques


-Localiser une maternité
-Calculatrice d'âge corrigé
-Personnaliser des faire-part 

 

Le site est la propriété de AbbVie.

Dernière modification:   23/12/2011